Tout ne fonctionne pas toujours comme prévu en voyage...C'est pour cela que nous avons un Plan b! En tant que membre Soliswiss, tu es automatiquement protégé(e) contre les risques politiques en voyage et dans ton pays de résidence!En savoir plus
Attention aux escroqueries

5 escroqueries fréquentes à l’étranger et comment les éviter

Monde entier, 12/02/2019 parSteven Sohn

Qu’il s’agisse d’un voyage ou d’une expatriation, un séjour dans un pays étranger est une expérience palpitante qui permet d’élargir son horizon. Mais l’aventure peut mal se terminer: dans les lieux fréquentés par les étrangers, les escrocs ne sont jamais bien loin. Ne laissez pas gâcher votre séjour et préparez-vous dûment. Nous vous présentons 5 escroqueries répandues dans le monde et nous vous montrons comment les éviter.

1. Le petit bracelet d’amitié qui n’en est pas un

Selon le pays, un vendeur de souvenirs, un moine ou un simple passant peut vous aborder pour mettre, sans que vous n’ayez rien demandé, un bracelet autour de votre poignet de sorte que vous ne puissiez pas l’enlever facilement vous-même. Il vous demandera alors dans la foulée de payer pour ce prétendu bracelet de l’amitié ou porte-bonheur.

Autre astuce du même type: à la place d’un bracelet ou d’un autre bijou, cette personne vous proposera des services que vous n’avez pas sollicités. Avant même que vous ayez eu le temps de dire ouf, cet escroc cirera par exemple vos chaussures et une fois terminé, exigera une rémunération astronomique.

Notre conseil: restez sur vos positions en disant «non» et exigez qu’il vous enlève le bracelet (si vous ne pouvez pas le faire vous-même). Ne vous laissez pas engager dans une conversation et ne sortez en aucun cas votre porte-monnaie; vous ne voudriez tout de même pas non plus révéler à l’escroc où vous gardez votre argent.


2. Les accidents simulés: «l’escroquerie du vase brisé»

Un scénario catastrophe qui, malheureusement, n’est pas si rare que cela: alors que vous faites un voyage-découverte en voiture ou à moto, tout à coup, c’est l’accident – vous venez de renverser quelqu’un. Seul hic: la personne s’est délibérément jetée devant votre véhicule pour vous demander ensuite une somme exorbitante en guise de dédommagement.

Notre conseil: installez une «dashcam», une caméra vidéo fixée sur le tableau de bord qui enregistre en permanence votre trajet et la vue de la route. Dans le pire des cas, elle vous permettra de prouver votre innocence. En fonction de la condition dans laquelle se retrouve l’État de droit dans le pays concerné, vous devriez exiger de faire intervenir la police et insister qu’un examen médical réalisé par des professionnels soit effectué.

Le nom «escroquerie du vase brisé» (Broken Vase Scam) remonterait d’ailleurs à la dynastie chinoise Qing; durant cette période, les escrocs, portant des antiquités contrefaites (généralement un vase onéreux), couraient se jeter contre le premier venu et laissaient tomber le précieux objet. Désormais, les escrocs utilisent leur propre corps comme «vase», et pas seulement en Chine: cette escroquerie est répandue dans le monde entier.


3. La prétendue personne serviable qui vient à votre secours

Image: そらみみ // Wikimedia Commons

Les voyageurs connaissent ce dilemme: vous êtes dans une gare routière ou ferroviaire et vous ne comprenez strictement rien à ce qui vous entoure. Déterminer la ligne à emprunter, le billet qu’il faut acheter ou l’arrêt qu’il faut prendre peut constituer un véritable défi, surtout si vous ne parlez pas la langue locale. Heureusement, une personne serviable vous propose de s’occuper de l’achat de vos billets. Seulement voilà: cette personne achètera peut-être le bon billet, mais vous en demandera deux fois le prix et tirera ainsi largement profit de votre ignorance.

Dans des cas extrêmes, il peut même arriver qu’on vous dirige vers un bus illégal qui n’exige pas seulement des tarifs excessifs, mais qui peut même s’avérer dangereux.

Notre conseil: renseignez-vous dans les offices de tourisme et les bureaux d’information des grandes gares pour connaître le trajet, le billet à prendre et le prix. La probabilité d’y trouver quelqu’un qui sait parler au moins anglais sera plus élevée. Autre solution: achetez, si possible, votre billet de transport à l’avance sur Internet.


4. Le coup de la monnaie

Un pays étranger, une monnaie étrangère. S’y retrouver dans les différents billets de banque n’est pas toujours aisé car les différences de couleurs ne sont souvent pas très marquées. C’est une situation dont certains abusent volontiers: au moment de rendre la monnaie dans des restaurants ou des magasins, on vous donnera délibérément un billet presque identique, mais de valeur inférieure. Cette même astuce est aussi utilisée par des passants qui demandent l’appoint ou de la monnaie pour payer le bus.

Notre conseil: prenez votre temps au moment de payer et ne vous laissez pas distraire. N’ayez pas peur de vérifier la monnaie qu’on vous rend.


5. Un faux service de chambre

Cette escroquerie consiste à glisser un bout de papier sous la porte de votre chambre d’hôtel. Au premier abord, ce billet semble provenir de l’hôtel et comporte généralement des informations sur le service de chambre (menu, nettoyage, services additionnels). Lorsque vous appelez le numéro indiqué pour passer commande, vous serez invité à fournir vos coordonnées de carte bancaire pour le paiement. Mauvaise idée car votre carte sera débitée, mais vous pourrez attendre votre commande longtemps…

Notre conseil: ne soyez pas dupé. Normalement, ces informations sur l’hôtel ne sont pas transmises sous une porte, mais figureront par exemple sur la table de nuit. Si le papier indique également un numéro externe à l’hôtel, alors vous pouvez être certain qu’il s’agit d’une escroquerie. De manière générale, la règle d’or (bancaire et pas seulement dans ce type de situations) est de ne jamais donner ses coordonnées de carte.

 

Les méthodes que les escrocs utilisent pour essayer d’extorquer de l’argent aux touristes sont multiples. Naturellement, ceci ne doit pas être une raison pour ne plus faire confiance, voire pour être paranoïaque envers autrui. Néanmoins, il est important d’être conscient que ces escroqueries existent, d’être raisonnablement prudent et de toujours faire preuve de bon sens.

Hotspot Monde entier

Article Hotspot

Sur la ligne de front, muni d’un appareil photo

18/05/2018parCéline Neuenschwander

Quand il ne donne pas cours, Alex Kühni se rend dans des zones de combat. En tant que reporter de guerre, il documente les conflits de ce monde. Son objectif: sensibiliser les habitants des pays occidentaux, souvent au péril de sa vie. Avec ses travaux, Kühni a remporté cette année le prix Swiss Press Photo Award dans la catégorie des photos prises à l’étranger. Une interview sur une vie partagée entre salle de classe et front armé.

Trouves-tu cet article utile ?